Bains d'étalonnage

Que veut dire "stabilité" ?

L'écart de température entre les valeurs minimum et maximum d'une fluctuation de température, relevées sur 30 minutes.

Quelle est la différence entre un four et un bain d'étalonnage ?

Les fours et bains d'étalonnage sont constitués d'un bloc de métal isolé thermiquement qui est chauffé, et qui peut aussi être refroidi pour les instruments qui fonctionnent avec des éléments Peltier. L'étalon, que ces calibrateurs de température contrôlent, est monté directement dans le bloc de métal. La gamme de travail des calibrateurs de température disponibles dans le commerce, utilisant des thermomètres à résistance Pt comme étalon, s'étend d'environ -45°C à 650°C. Les calibrateurs qui utilisent des éléments Peltier sont typiquement utilisés de -35°C à 165°C, et ceux qui sont équipés d'une résistance de chauffe de 35°C à 700°C. En plus, il existe des fours haute température qui peuvent être utilisés, suivant le modèle, jusqu'à 1300°C. Ils utilisent des thermocouples à métaux précieux comme étalon et thermomètre de contrôle. Pour ces hautes températures, les incertitudes de mesure sont supérieures à celles obtenues avec des calibrateurs qui utilisent des thermomètres à résistance comme étalon. La gamme de travail des bains d'étalonnage est (contrairement aux fours) strictement limitée, en raison de l'utilisation de liquides (habituellement de l'huile de silicone) à la place des inserts métalliques. Afin de pouvoir étalonner en utilisant des liquides, ils doivent être suffisamment visqueux à température ambiante. Cette exigence limite ainsi la température maximale de la gamme à environ 250°C. Ils ont l'avantage d'un mélange homogène du liquide grâce à un agitateur magnétique au fond de la cuve, ce qui induit un gradiant axial et radial très faible.

Pourquoi n'y a-t-il pas de certificat d'étalonnage fourni avec un bain CTB9400 ou CTB9500 ?

Les bains d'étalonnage d'un tel volume nécessitent toujours l'utilisation d'une référence externe. L'affichage n'est plus fiable, en raison du volume et du gradient. Pour ces raisons, aucun certificat d'étalonnage ne sera émis pour ces bains.

Comment l'insert doit-il être conçu pour obtenir les meilleurs résultats ?

Les inserts doivent être percés selon le diamètre des sondes sous test. En général, le diamètre de l'alésage, en tenant compte de la dilatation thermique de la sonde sous test, doit être choisi pour être aussi petit que possible. Le volume d'air entre la sonde et l'alésage agira comme une résistance au transfert de chaleur et affectera de manière significative le transfert de chaleur par conduction. En conséquence, le diamètre d'alésage doit être au maximum de 0,5 mm plus grand que le diamètre extérieur de la sonde.

Qu'est-ce-qu'un gradient radial ?

Ecart de température entre des perçages individuels d'un insert.

Qu'est-ce-qu'un gradient axial ?

Ecart / gradient de température depuis le fond (profondeur d'immersion maximum) jusqu'à la surface du calibrateur (bain, four…).

Quelle est la profondeur minimale d'immersion dans un calibrateur de température (bain, four) ?

La profondeur minimale d'immersion pour les fours est de 70 mm. Cela s'explique par le gradient axial, car l'air chaud monte de bas en haut. Si cette profondeur d'immersion minimum de 70 mm n'est pas atteinte, un thermomètre de référence externe doit être utilisé pour l'étalonnage. Celui-ci est alors placé sur le même plan que la sonde devant être étalonnée, et les résultats sont comparés les uns avec les autres.
L'autre alternative consiste à utiliser un bain d'étalonnage, puisque avec le mélange du liquide, il n'y a aucune exigence pour une profondeur d'immersion minimale.
Règle de base pour la profondeur d'immersion recommandée :
1. Diamètre de l'instrument sous test x 15
ou
2. Pour une longueur d'élément sensible connue : longueur de l'élément sensible + diamètre de l'instrument sous test x 10

En quel matériau sont faits les inserts des fours ?

Le matériau des inserts dépend de la gamme de température du four. Le matériau sélectionné doit avoir une gamme de température éloignée de son point de fusion.
Exemple pour une gamme de température de :
-35...165°C  Matériau = aluminium
40…650°C  Matériau = laiton
200...1100°C  Matériau = inconel